Accueil Lettre à JP Lettre à mon père

Lettre à mon père

0
2
111
Ventoux

Mars 2020, Hôpital de la Timone à Marseille.

Papa,

Tu es là. Je suis là. Proches l’un de l’autre.

Je ne sais plus si je te regarde comme une mère ou comme une grande enfant.  

Ton petit corps souffreteux et meurtri te porte comme il peut…

Grand homme que tu es, explorateur à tes heures et commerçant des grands courants. Monsieur le Penjabi a traversé l’humanité pour offrir à sa petite famille une éternité de curiosité et un imaginaire créatif, sans faille ni faiblesse. Monsieur Vassaux le « lâche rien ».

Monsieur Papa qui conte des histoires d’enfants, quelques samedis des années 80, avec cette si douce et délicate voix, et feutrée, et réconfortante.
Que j’aime, que j’aimais, que j’aimerais me blottir au creux de ton bras si protecteur.

Papa chasseur, avec la gibecière et le renard figé. Je sniffe encore les volutes de fumée bleue des temps où, réunis pour le dernier dimanche du mois de rentrée automnale, nous dégustions les pizzas fines de ma grand-mère. Ta mère dont l’amour si étourdissant, te faisait, encore récemment, monter les larmes aux yeux. Cette France, si gentille, pour qui je me faisais parfois nunuche.

Il est temps que je te couvre pour la nuit mon douillet Papoun.

Promets-moi, encore, une dernière fois, que « tu seras toujours là ». S’il te plaît mon petit papa chéri, que j’aime à la folie…dans mon petit coeucoeur qui est là.

Je ramasserai les coins. Je ferais des bouquets et solifleurs de roses colorées, pour embellir notre planète, notre famille.

Tes petits-enfants t’aiment et sont tout hébétés de ne pouvoir te saluer.

La vie ne s’arrête pas. Elle file dans les culottes courtes de nos petiots et petiotes si croquants.

La vie ne s’arrête pas, elle engloutit le passé pour mieux le faire ressurgir.

Le grand jour, il recommence chaque jour avec autant de matière et d’alchimie que le précédent.

Il suffit d’enfiler les gants du prestidigitateur, et hop : un lapin ! Il sort du chapeau, des fourrés, du gîte ou du clapier… Entre les cocottes il tressaille, et avec le chaton, il se confond.

Des rosiers rouges grimpants et odorants, je cultiverai.

Des petits pains au chocolat j’achèterai pour les petits, et des livres aussi.

Je leur dirai que tu rêvais de faire du saxophone mais que tu étais « trop vieux » pour commencer.

Je leur dirai à quel point je t’aime, et je leur conterai notre histoire.

Tu vivras, et peut-être que tu le verras tout ce que je te raconte.

On se mettra chacun une moustache le jour de ton anniversaire, et on t’aidera à souffler les bougies, du passé et de l’avenir, en communion de notre souffle présent.

Je me réjouis de savoir cette belle vie que nous avons eu, de notre chance, de tes voyages, tes accomplissements, ton amour fou pour maman, la Grande Dame de la famille – notre Bonne Mère protectrice et encyclopédique.

Je te promets que je serais toujours là, tu peux me faire confiance.

Cat, ta Fifille.

  • L'herbe tendre

    Toute la musique que j’aime

    Voici un extrait du répertoire musicale que notre JP affectionnait particulièrement : L&rs…
  • Union sacrée

    A mon Jules

    À Jean-Pierre, Jean-Pierre, élu Jules en 1971, mon Jules ensuite nommé Pap en 1975, tu es …
  • Sans titre

    Quand la musique élève les âmes

    Le Blues, c’est la musique des âmes. La terre attendra. Zeph’s lines. Theo&rsq…
Charger d'autres articles liés
  • L'herbe tendre

    Toute la musique que j’aime

    Voici un extrait du répertoire musicale que notre JP affectionnait particulièrement : L&rs…
  • Union sacrée

    A mon Jules

    À Jean-Pierre, Jean-Pierre, élu Jules en 1971, mon Jules ensuite nommé Pap en 1975, tu es …
  • Sans titre

    Quand la musique élève les âmes

    Le Blues, c’est la musique des âmes. La terre attendra. Zeph’s lines. Theo&rsq…
Charger d'autres écrits par Vincent Vassaux
  • Union sacrée

    A mon Jules

    À Jean-Pierre, Jean-Pierre, élu Jules en 1971, mon Jules ensuite nommé Pap en 1975, tu es …
  • IMG_7712

    A mon père

    Coucou Papa, Notre lien s’est toujours établi au delà des mots, c’est toujours…
Charger d'autres écrits dans Lettre à JP

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Quand la musique élève les âmes

Le Blues, c’est la musique des âmes. La terre attendra. Zeph’s lines. Theo&rsq…